bandeau FAQ

Introduction à l’éducation conductive

Chaque session est encadrée par un enseignant formé à la méthode appelé conducteur. Sa formation pluridisciplinaire lui permet de prendre en charge l’enfant dans sa globalité.

IMG_1106Tout au long de la journée, il apprend à connaître ses propres mécanismes d’apprentissage :

  • par des programmes structurés, adaptés à toutes les activités de la vie de tous les jours : manger, boire, dessiner, écrire, se déplacer, aller aux toilettes…
  • dans les activités variées pour stimuler ses facultés d’adaptation.

Par ailleurs, l’enfant travaille en groupe. Le regard des « copains » et du conducteur stimule l’effort et le succès. L’enfant apprend à aborder de manière active et dans un groupe, les situations complexes de la vie quotidienne.

Tous ces éléments agissent sur la motivation, sur le plaisir et le désir d’apprendre et de grandir…

Ecole conductive - rôle des parentsLe langage est un élément fondamental de cette pédagogie. Soutenu par le rythme, ilest facilitateur de l’apprentissage moteur.

Le rôle des parents est primordial : ils sont appelés à soutenir l’enfant dans son désir de grandir, de développer ses propres compétences et de devenir le plus autonome possible.

À chaque session, le conducteur conseille les parents sur la marche à suivre pour continuer à la maison.

Une session dure de une à quatre semaines, du lundi au vendredi, de 9 h 30 à 16 h sans interruption.

Une pédagogie encore peu connue en France

Pour en savoir plus :  L’éducation conductive d’Andras Peto (Article Novembre 2011)

IMG_1272L’éducation conductive est reconnue dans de très nombreux pays à travers le monde. Par exemple, il y a des instituts Petö en Angleterre, Nouvelle-Zélande, USA, Canada, Israël, Japon, Allemagne, Belgique, etc.

En juillet 2010, au Centre hospitalier universi- taire (CHU) de Pontchaillou, à Rennes, le personnel soignant du service de Rééducation fonctionnelle enfant a été vivement intéressé par une présentation de cette pédagogie.

Depuis, d’autres associations en lien avec l’Afpec ont vu le jour comme à Lille où il existe un centre spécialisé composé d’une équipe conductive, mais aussi à Pouilly-sur-Loire où deux familles ont créé une « petite école Petö », à Liancourt, où l’éducation conductive est présente dans un Comité d’étude et de soins aux polyhandicapés (Cesap).

Les associations militent activement pour que l’éducation conductive soit reconnue par les ministères de la Santé et de l’Éducation nationale.

Source :  Association française pour l’éducation conductiveLe Bas-Plessis – 53940 Le Genest-Saint-Isle Tél : 06 18 87 78 57 Mél. afpec@laposte.net